Contraception

Fin du remboursement des pilules de 3ème génération

Publié le 26.09.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
Cet article a plus d’un an, il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Les pilules contraceptives de 3e génération cesseront d’être remboursées à compter du 30 septembre 2013.

Suite à l’avis de la Haute Autorité de santé, le ministère des affaires sociales et de la santé a décidé de mettre fin au remboursement de cette classe de pilules apparue au début des années 2000, et contenant le progestatif : désogestrel ou gestodène ou norgestimate.

La Commission de transparence de la Haute autorité de santé estime en effet insuffisant le service médical rendu par les pilules contraceptives de 3e génération. Elle considère notamment que leur utilisation multiplie les risques de complications circulatoires (phlébites) par deux par rapport aux pilules de deuxième génération. Ce risque reste néanmoins très faible, de l’ordre de 3 à 4 cas pour 10 000 utilisatrices.

La pilule demeure aujourd’hui encore la principale méthode de contraception en France. Une femme sur deux l’utilise. Elle est toutefois en léger recul avec l’apparition de nouvelles méthodes hormonales de contraception comme l’implant, le patch ou encore l’anneau vaginal.

Pour en savoir plus