Le saviez-vous ?

Gaz naturel : compteur en m3, facturation en kWh

Publié le 31.01.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
Cet article a plus d’un an, il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

L’unité de mesure du compteur de gaz de votre installation domestique est le mètre cube (m3). Votre consommation est ensuite facturée en kilowattheures (kWh). Il y a donc conversion de mètres cubes en kilowattheures. En moyenne, un mètre cube de gaz vaut à peu près 10 kilowattheures.

Toutefois ce coefficient de conversion, qui sert à transformer en énergie le volume mesuré par le compteur, varie en fonction du lieu et en fonction du temps. Dans la pratique, pour la clientèle résidentielle, la valeur du coefficient de conversion va dépendre de 2 paramètres : l’altitude et la composition du gaz.

  • L’altitude réduit la pression atmosphérique et la densité du gaz. Quand l’altitude augmente, la densité du gaz baisse et un même volume représente de moins en moins d’énergie. Le même gaz aura ainsi à 1 000 mètres d’altitude un coefficient de conversion plus faible d’environ 10 % qu’au niveau de la mer. Le même gaz naturel aura un coefficient plus faible à Chamonix-Mont-Blanc (moyenne 9,85) qu’à St Malo (moyenne 11,41).
  • La composition varie de façon importante en fonction du type de gaz naturel distribué : le gaz H ou B. Le gaz H, le plus répandu, a un haut pouvoir calorifique (coefficient autour de 11). Il provient de mer du Nord, d’Algérie et de Russie. Le gaz B se caractérise par un plus faible pouvoir calorifique (entre 9 et 10). Il provient essentiellement des Pays Bas et il est distribué dans le nord de la France. C’est la raison pour laquelle Dunkerque, où est distribué du gaz B, a un coefficient moyen de conversion de seulement 9,77.

Vaut-il mieux avoir un coefficient de conversion plus élevé ou plus faible ? Peu importe ! En effet le coefficient de conversion est précisément un moyen de péréquation destiné à neutraliser financièrement les différences de pouvoir calorifique d’un même volume. Le coefficient de conversion permet à tous de faire bouillir un litre d’eau pour le même coût ! Toutefois, l’existence de zones tarifaires pour la consommation du gaz recrée des différences pour certains foyers. Elles ne tiennent plus à la densité ou à la composition du gaz mais à la facilité à desservir les branches du réseau.

Vous trouverez le coefficient de conversion sur le site de GrDF sous forme de fourchette pour la plupart des communes. Il existe d’autres distributeurs mais GrDF couvre environ 77 % de la population française.

Pour en savoir plus