Santé publique

Lutte contre la dissémination du « moustique Tigre » en France métropolitaine

Publié le 06.05.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Même s’il n’y a pas à ce jour d’épidémie de chikungunya ni de dengue en France métropolitaine, le moustique susceptible de véhiculer ces virus, le « moustique Tigre » (nom scientifique Aedes albopictus), voit son implantation s’y développer régulièrement depuis 2004 : Alpes-Maritimes (2004), Haute-Corse (2006), Corse du Sud et Var (2007), Alpes-de-Haute-Provence et Bouches-du-Rhône (2010), Gard, Hérault et Vaucluse (2011), Lot-et-Garonne, Pyrénées orientales, Aude, Haute-Garonne, Drôme, Ardèche, Isère et Rhône (2012). Il a également été ponctuellement détecté en Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Aveyron, Saône-et-Loire, Ain, Savoie et Haute-Savoie.

C’est pourquoi, à partir du 1er mai 2013, le ministère de la santé actualise son dispositif de lutte contre ce risque de dissémination. Il consiste notamment, dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter, en une surveillance renforcée d’une part des populations de moustiques, d’autre part d’éventuels cas humains.

Ce dispositif inclut la sensibilisation des personnes résidant dans les zones où le moustique est actif. Il est très important, en effet, de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l’intérieur et surtout autour de son domicile : enlever les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, changer l’eau des vases plusieurs fois par semaine, vérifier le bon écoulement des gouttières, mettre à l’abri de la pluie ou supprimer les pneus usagés et tout autre objet pouvant se remplir d’eau, etc. Ces gestes sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques, sources de nuisances et de maladies.

Pour en savoir plus