Réponse ministérielleRéponse ministérielle

Tatouage : certaines pratiques de « détatouage » réservées aux médecins

Publié le 09 septembre 2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Certains tatoueurs proposent le « détatouage » et utilisent à cet effet des électrodermographes. Ces appareils produisent des impulsions électriques à haute fréquence ayant pour effet de brûler les premières couches de l’épiderme. Cette brûlure déclenche les processus de réparation tissulaire et favorise ainsi l’élimination des couches superficielles de la peau contenant les pigments du tatouage.

Or, si l’activité de détatouage ne fait pas l’objet d’une réglementation spécifique, l’utilisation de l’électrodermographe est en revanche réservée aux médecins en application de l’arrêté du 6 janvier 1962 (fixant la liste des actes médicaux ne pouvant être pratiqués que par des médecins). C’est ce que rappelle la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes dans une réponse ministérielle publiée le 1er septembre 2015.

Une des techniques de détatouage la plus efficace consiste en la destruction des substances colorantes et des pigments introduits dans la peau à l’aide d’un faisceau laser. Elle doit être réalisée par un médecin, généralement un dermatologue. Elle permet d’éviter les séquelles liées aux brûlures, bien souvent irréversibles.

Et aussi

Dossiers d'actualité

Publicité