JurisprudenceInfractions routières

Grand excès de vitesse : attention à la confiscation du véhicule

Publié le 09 mars 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

La confiscation du véhicule en cas de grand excès de vitesse est une peine justifiée, rappelle la Cour de cassation dans une décision du 10 février 2016.

Un automobiliste qui s'était vu confisquer sa voiture à la suite d'un dépassement de plus de 50 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée soutenait que la sanction était disproportionnée au regard de l'infraction commise et contraire aux principes de nécessité et de proportionnalité des peines. Il contestait le fait que lui soit confisquée une voiture haut de gamme pour une contravention punie au maximum de 1 500 € d'amende.

La justice n'a pas suivi son argumentation. Pour la Cour de cassation, cette sanction à caractère principalement dissuasif dont l'objet est de lutter plus efficacement contre les grands excès de vitesse et de réduire le nombre de morts et de blessés causés par les accidents de la route, répond à un impératif d'intérêt général. Elle ne méconnaît aucun des principes énoncés par les articles 7 de la Convention européenne des droits de l'homme et 1er du 1er protocole additionnel à celle-ci.

La confiscation du véhicule est une peine complémentaire qui peut être prononcée par un juge à la suite d'une infraction grave commise avec ce véhicule (infractions liées à l'alcool, à la vitesse etc.).

Et aussi

Jurisprudence

À la une

Dossiers d'actualité

Publicité