En brefZoom

Temps de travail : quelles sont les règles dans le secteur privé ?

Publié le 24 mars 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Olivier Le Moal - Fotolia.com

Quelles sont les durées maximales quotidienne et hebdomadaire de travail ? Quelles sont les règles applicables en matière de répartition des heures de travail au cours de l'année ? Comment sont rémunérées les heures supplémentaires ? Quelles sont les règles applicables au compte épargne-temps ? Service-public.fr rappelle les dispositions applicables en matière de temps de travail dans le secteur privé.

Durée du travail et repos obligatoires

Le salarié est soumis à une durée légale de travail de 35 heures par semaine, sauf dérogations conventionnelles. Des durées maximales quotidienne et hebdomadaire de travail sont également imposées. Sauf dérogations, le salarié ne doit pas travailler au-delà des durées maximales prévues : 10 heures par jour, 48 heures par semaine, etc.

Des dispositions législatives et réglementaires fixent les règles applicables en matière de repos quotidien , hebdomadaire , dominical et à l'occasion des jours fériés.

Les salariés, les apprentis et les stagiaires âgés de moins de 18 ans bénéficient de dispositions spécifiques en matière de durée du travail et de repos.

Aménagement du temps de travail

Lorsque l'entreprise alterne périodes de haute et de basse activité, elle peut prévoir un aménagement des horaires de travail qui peut conduire le salarié à travailler plus ou moins de 35 heures par semaine,en fonction de l'activité de l'entreprise.

Certains événements (intempéries, inventaires, pont à l'occasion d'un jour férié, ...) peuvent empêcher le salarié de travailler et donner lieu, sous certains conditions, à récupération des heures non travaillées.

Heures supplémentaires, d'équivalence et astreintes

Les heures de travail accomplies, à la demande de l'employeur, au-delà de la durée légale constituent des heures supplémentaires ouvrant droit à une rémunération plus favorable ou à une contrepartie en repos.

Dans certaines professions, un régime d'heures d'équivalence peut être mis en place pour des emplois déterminés comportant des périodes d'inaction.

Le salarié peut être soumis à des astreintes c'est-à-dire être obligé de rester à son domicile ou à proximité afin d'être en mesure d'intervenir pour accomplir un travail pour l'entreprise. Ces astreintes sont mises en place sous conditions et prévoit des compensations pour les salariés concernés.

Temps partiel et compte épargne-temps

Le salarié peut bénéficier du droit au travail à temps partiel sous certaines conditions. Sa durée de travail est alors fixée à 24 heures par semaine (ou durée équivalente sur une autre période que la semaine). Cependant, une dérogation légale ou conventionnelle peut ouvrir droit à une durée de travail inférieure.

Le compte épargne-temps (CET) permet au salarié d'accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d'une rémunération (immédiate ou différée), en contrepartie des périodes de congé ou de repos non prises, ou des sommes qu'il y a affectées.

  À noter :

le projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs a été présenté le 24 mars 2016 en Conseil des ministres. Ce projet de loi contient notamment des dispositions relatives à la négociation collective, créé le « compte personnel d'activité » pour les actifs, modifie le cadre du télétravail, contient des dispositions relatives à l'embauche en contrat à durée indéterminée, au licenciement pour motif économique, à la validation des acquis de l'expérience (VAE), au suivi médical des salariés et introduit un barème indicatif des indemnités prononcées par les prud'hommes.

Et aussi

Dossiers d'actualité

Publicité