Cabines de bronzage : pas toujours aux normes !

Publié le 14 novembre 2017 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Pixabay

L'hiver arrive et vous souhaitez conserver ou retrouver votre bronzage d'été ? Vous pratiquez des séances d'ultraviolets (UV) dans des cabines de bronzage au sein d'un institut de beauté ou dans un centre de bronzage ? Selon une étude publiée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) le 6 novembre 2017, 63 % des établissements de bronzage (982 établissements contrôlés) ne sont pas conformes aux normes en vigueur en France.

L'exposition répétée aux rayonnements ultraviolets constitue un facteur de risque majeur dans le développement des affections de la peau (cancer de la peau, par exemple). Face aux risques encourus, les cabines de bronzage sont soumises à une réglementation stricte.

Ces non-conformités concernent :

  • la sécurité des appareils et leurs conditions d'utilisation (appareils n'ayant pas fait l'objet d'un contrôle technique ou n'ayant pas été contrôlés depuis plus de 2 ans, problèmes de traçabilité avec absence de numéro de série, de catégorie d'appareil avec le type d'UV, personne faisant fonctionner les appareils à UV sans formation ni diplôme d'esthétique, par exemple) ;
  • l'affichage des prix en vitrine (l'information du consommateur sur les prix est une obligation particulièrement mal respectée) ;
  • l'existence de promotions alors mêmes qu'elles sont interdites, par exemple.

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction