En brefSanté publique

Le calendrier vaccinal 2018

Publié le 13 février 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : ©Sherry Young - Fotolia

Le calendrier vaccinal vient d'être mis à jour par le ministère de la Santé et des Solidarités. Il présente les nouvelles obligations vaccinales (notamment concernant les enfants de moins de 2 ans) et les actions nécessaires à la mise en œuvre de ces recommandations.

Le calendrier des vaccinations : de quoi s'agit-il ?

Le calendrier des vaccinations [null - 6,66 Mo] est élaboré par le ministère chargé de la Santé après avis de la Haute autorité de santé (HAS). Il rassemble les recommandations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge et émet des recommandations vaccinales générales et des recommandations vaccinales particulières propres à des situations spécifiques. Le chapitre 4 propose un calendrier détaillé des vaccinations sous forme de tableaux synoptiques.

Les nouvelles obligations vaccinales pour les enfants de moins de 2 ans

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires dans les 18 premiers mois pour tout enfant né à compter de cette date. Elles conditionnent son entrée ou son maintien en collectivité à partir du 1er juin 2018. Il s'agit des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, déjà obligatoires, l'haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), la coqueluche, l'hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites), le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), jusqu'alors seulement recommandées. Pour les enfants de plus de 12 mois résidant en Guyane française, la vaccination contre la fièvre jaune est également obligatoire.

Les enfants nés avant le 1er janvier 2018 doivent être obligatoirement vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite à 2, 4 et 11 mois.

  À savoir :

En pratique, l'extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections étalées sur 2 ans.

  À noter :

Ces vaccinations ne sont pas pratiquées en cas de contre-indication médicale reconnue : une allergie grave connue à l'un des composants du vaccin, une réaction allergique grave lors d'une précédente injection du vaccin ou une immunodépression.

Les autres nouveautés

  • Le calendrier des vaccinations comporte un nouveau chapitre dédié à des populations spécifiques : femmes enceintes, nourrissons prématurés, personnes immunodéprimées et personnes âgées.
  • Il contient également des mises à jour ou des précisions comme la période de vaccination contre la grippe saisonnière, la définition des termes nouveau-né, nourrisson, enfant et adulte, la liste des personnes pour lesquelles la vaccination contre l'hépatite B est recommandée, l'ajout et le retrait de certains vaccins, la définition de tranches d'âge pour la vaccination, les recommandations concernant les vaccins en situation persistante de pénurie, etc.

  À savoir :

Les recommandations pour les voyageurs figurent dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France du 6 juin 2017 (la prochaine publication est prévue pour le 2e trimestre 2018) ainsi que sur le site vaccination-info-service.fr

  À noter :

La sanction pénale spécifique au refus de vaccination est supprimée, ainsi que le prévoit l'article 49 de la loi de financement de la Sécurité sociale 2018.

Et aussi

Dossiers d'actualité

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction