Voitures-radar conduites par un opérateur privé : premières mises en service en Normandie

Publié le 23 avril 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Sécurité routière

La mise en service des 5 premières voitures-radar (Peugeot 308) confiées à un prestataire privé est effective en Normandie depuis le lundi 23 avril 2018 avec l'envoi des premiers avis de contravention comme l'avait annoncé la Sécurité routière dans un communiqué en date du 20 avril 2018.

Ces voitures-radar disposent d'équipements capables de lire les panneaux de limitation de vitesse permettant au radar de fonctionner de manière autonome, sans aucune intervention du chauffeur, désormais seul présent dans le véhicule. S'agissant de matériel de mesures de la vitesse en déplacement, les marges de tolérance sont doublées par rapport aux radars fixes.

Avant de circuler, le conducteur du véhicule-radar doit souffler dans un éthylotest anti-démarrage puis, consulter sa feuille de route du jour et suivre le parcours qui lui a été notifié (établi en fonction de l'accidentalité locale).

Par ailleurs, lorsque la voiture-radar circule, son conducteur n'a aucune indication concernant le constat d'infractions (il ne sait ni quel véhicule a été photographié, ni combien), le flash fonctionnant de façon totalement invisible grâce à un dispositif infrarouge.

Les avis de contravention (ACO) des voitures-radar externalisées sont ensuite traités par le Centre national de traitement (CNT) basé à Rennes.

Lorsqu'ils ne sont pas utilisés, ces véhicules sont garés dans les locaux de la police ou de la gendarmerie.

  À savoir :

En aucun cas, l'entreprise désignée en Normandie n'est rétribuée au nombre d'infractions enregistrées.

  Rappel :

Ce dispositif d'externalisation qui concernera à terme 26 véhicules en Normandie sera étendu à l'ensemble du territoire métropolitain d'ici 2020.

Et aussi

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction