GBL, un solvant industriel utilisé comme drogue, attention danger !

Publié le 25 avril 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Scriblr - Fotolia.com

Suite à des comas parfois mortels, consécutifs à l'absorption de GBL dans certains clubs parisiens depuis la fin de l'année 2017, que faut-il savoir sur la toxicité de ce produit ? Réponses avec le site drogues.gouv.fr.

Produit industriel, la GBL (gamma-butyrolactone) est utilisé comme adjuvant pour la teinture, décapant pour émail, graffiti et aussi pour enlever de la peinture ou de la colle... C'est un liquide toxique, inscrit sur la liste des produits surveillés.

Par ailleurs, depuis septembre 2011, un arrêté du ministère de la Santé interdit la vente et la cession au public :

  • de ce produit en tant que matière première ;
  • des produits manufacturés en contenant une concentration supérieure à 10 % et/ou d'un volume de plus de 100 ml.

Même à un dosage infinitésimal, l'ingestion de GBL peut entraîner malaises, coma, dépression respiratoire voire décès, avec des risques de coma très fortement multipliés dès lors que cette prise de GBL est associée à une consommation d'alcool.

  À savoir :

Après ingestion, la GBL est transformée par le corps en gamma-hydroxybutyrate (GHB) ou « drogue du violeur ». Les effets de la GBL apparaissant de manière plus progressive que ceux du GHB, cette attente peut inciter à une multiplication des prises et donc à un risque de surdosage mortel.

Et aussi

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction