Les alertes du ministère de l'Intérieur sur les réseaux sociaux en cas de danger immédiat

Publié le 30 mai 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © georgejmclittle - Fotolia.com

À partir du 1er juin 2018, le ministère de l'Intérieur va passer ses messages d'alerte et de prévention sur Twitter,Facebook et Google mais aussi sur certains canaux de communication de la RATP, Vinci Autoroutes, Radio-France et France Télévisions. C'est en effet ce qu'a annoncé le ministère dans un communiqué du 29 mai 2018.

Sur Twitter, un bandeau spécial pourra apparaître en haut du fil des tweets de chaque utilisateur connecté pour l'informer de la situation, le ministère invitant également l'ensemble des utilisateurs à s'abonner et à activer les notifications du compte @Beauvau_Alerte afin de recevoir les alertes sur leur téléphone en cas d'événement grave.

Sur Facebook, le ministère pourra communiquer par le biais du « Safety Check » qui est une fonctionnalité de Facebook permettant aux utilisateurs d'indiquer à leurs proches qu'ils se trouvent en sécurité.

Enfin, Google relaiera les messages du ministère sur son moteur de recherche dès lors que les utilisateurs effectueront des recherches dans la zone touchée ou que les mots clés recherchés par les internautes seront en rapport avec l'événement en cours (attaque terroriste ou catastrophe naturelle).

Et aussi

Dossiers d'actualité

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction