JurisprudenceHonoraires d'avocat

Même en l'absence de convention signée, l'avocat a droit à une rémunération

Publié le 06 février 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Dila

Dessin représentant des personnages (avocats - juge) derrière un pupitre

L'absence de signature préalable d'une convention ne prive pas l'avocat de ses honoraires. C'est ce qu'a jugé la Cour de cassation dans sa décision du 14 juin 2018.

Un avocat avait saisi le bâtonnier pour fixer ses honoraires suite à la consultation restée sans paiement d'un client au sujet de problèmes de copropriété. En appel, le premier président lui refuse toute rémunération en invoquant la non signature de convention, imposée par la loi.

Cet argument n'est pas retenu. Pour la Cour de cassation, les honoraires sont dus, dès lors qu'il y a eu des « diligences » c'est-à-dire des actes effectués par l'avocat dans l'intérêt de son client (par exemple : étude de dossier, courrier, entretien téléphonique, déplacement...). Les honoraires sont alors fixés, selon les usages, en fonction de la situation de fortune du client, de la difficulté de l'affaire, des frais exposés, de la notoriété de l'avocat, et des diligences de celui-ci.

Et aussi

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction