En brefProtection de la vie privée

Reconnaissance faciale : ce que dit la Cnil

Publié le 21 février 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © tanaonte - Adobe Stock.com

Vous avez entendu parler d'une expérimentation menée en France concernant un dispositif de reconnaissance faciale ? Mais qu'est-ce que la reconnaissance faciale ? La réponse de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

La reconnaissance faciale peut être réalisée à partir de photos ou d'enregistrements vidéo. Elle permet :

  • d'authentifier une personne (vérifier qu'elle est bien celle qu'elle prétend être lors d'un contrôle d'accès). Le système compare le modèle du visage présenté au modèle préalablement enregistré correspondant à l'identité prétendue ;
  • ou d'identifier une personne (retrouver une personne au milieu d'un groupe d'individus évoluant par exemple dans un lieu précis) en vérifiant si le modèle de visage présenté correspond à l'un des modèles contenus dans la base de données. Les résultats de la comparaison correspondent alors aux modèles de visage qui présentent le score de similarité le plus élevé parmi ceux dépassant un certain seuil prédéfini.

  À savoir : La Cnil rappelle que tout projet d'utilisation de cette technologie doit faire l'objet d'une analyse d'impact relative à la protection des données (AIPD), ce traitement des données personnelles étant susceptible d'engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées (article 35 du règlement européen de protection des données, dit RGPD).

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction