Médicament

Préjudice médical lié au valproate de sodium : vous pouvez demander une indemnisation

Publié le 14 novembre 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © gpointstudio - Adobe Stock.com

Femme enceinte avec des médicaments et un verre d'eau à la main.

Les enfants nés d'une mère ayant pris du valproate de sodium ou l'un de ses dérivés (Dépakine®, Dépakote®, Dépamide®, Micropakine® et ses génériques) peuvent déposer un dossier de demande d'indemnisation auprès de l'Oniam.

Les parents ou les représentants légaux de ces enfants ont la possibilité aussi de déposer un dossier auprès de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Le ministère des Solidarités et de la Santé indique également que l'Oniam doit envoyer prochainement un courrier à toutes les patientes ayant pris du valproate de sodium durant les 2 dernières années afin de les informer de l'existence de ce dispositif d'indemnisation.

  Rappel : Le valproate de sodium est un médicament utilisé pour traiter l'épilepsie et les troubles bipolaires. Néanmoins, en cas de prise de valproate de sodium par une femme enceinte, ce médicament peut entraîner chez l'enfant à naître des malformations et des troubles du neurodéveloppement.

Et aussi

À la une

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction