Épidémie Coronavirus (SARS-CoV-2)

Covid-19 : attention aux arnaques !

Publié le 28 avril 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © terovesalainen - stock.adobe.com

Personne avec une carte bancaire dans la main et tapant sur un clavier d'ordinateur

Faux sites de vente de masques chirurgicaux, de gels hydroalcooliques ou de médicaments, cagnottes frauduleuses, messages bancaires trompeurs... Face à la prolifération des escroqueries profitant de la peur des Français pendant la crise du Coronavirus, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) appelle à la vigilance.

La situation de crise sanitaire suscite des inquiétudes légitimes. Vous voulez rester informé malgré le confinement et cherchez les moyens de vous protéger. Cependant, les arnaques de la part de sociétés et d'individus malveillants se multipliant, la DGCCRF rappelle que :

  • il n'existe pas à ce jour de vaccin, d'aliments, de purificateurs d'air, de lampes, de compléments alimentaires ou encore d'huiles essentielles qui protègent ou permettent de guérir du Covid-19. Toute proposition affirmant le contraire relève de la pratique commerciale trompeuse ;
  • l'État ne propose pas de kit de dépistage directement aux citoyens. Toute offre de dépistage semblant émaner des services de l'État est une arnaque pour obtenir vos données personnelles, en particulier vos coordonnées bancaires ;
  • Santé publique France n'équipe pas gratuitement les citoyens d'un kit de confinement contenant des masques médicaux FFP2, des solutions hydroalcooliques, des gants médicaux... Tout message prétendument envoyé par le ministère de la Santé vous prévenant que vous pouvez réclamer un "kit de confinement" est une arnaque pour obtenir vos données personnelles, en particulier vos coordonnées bancaires ;
  • des sites internet frauduleux cherchent à vendre certains médicaments, notamment destinés au traitement d'autres maladies. Les acheter en ligne est illégal et peut vous exposer à des risques graves pour votre santé (effets indésirables ou même faux médicaments) ;
  • la vente en ligne de paracétamol ayant été suspendue, les annonces sur internet proposant ce médicament sont donc frauduleuses ;
  • les attestations de déplacement sont gratuites et ne peuvent pas être délivrées contre rémunération. Des sites proposent d'en éditer une version numérique : attention, seules les attestations officielles imprimées ou recopiées sur papier libre sont valables et vous pourriez fournir des données personnelles sensibles ;
  • la décontamination des logements privés n'est pas prévue à ce jour par les services de l'État. Les personnes prétextant une décontamination obligatoire cherchent à s'introduire frauduleusement chez vous ;
  • certains individus cherchent à profiter de l'élan de solidarité envers les personnels soignants ou bien la recherche de vaccin organisée par des plateformes d'appel aux dons ou des cagnottes. Assurez-vous de l'identité du professionnel et de la destination de vos dons avant d'effectuer un transfert d'argent.

  À savoir : au vu de l'accroissement de l'usage du numérique lié à la crise sanitaire, le site cybermalveillance.gouv.fr appelle également au renforcement de la vigilance. Il propose un kit de sensibilisation qui vise à informer les internautes sur les questions de sécurité du numérique en partageant les bonnes pratiques.

Et aussi

À la une

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction