Épidémie Covid-19

Face au coronavirus, les règles funéraires évoluent

Publié le 22 juin 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Kzenon - Fotolia.com

Personnes en deuil portant des fleurs dans une allée de cimetière

Soins funéraires, toilette mortuaire, présentation du corps, mise en bière... Les règles ont évolué depuis le début de l'épidémie. Le droit funéraire est adapté jusqu'au 10 août 2020 pour tenir compte de la pandémie. Un décret paru au Journal officiel le 2 avril 2020 précise les dernières dispositions.

Sont interdits :

  • toute forme de toilette mortuaire (laver, maquiller, habiller, fermer la bouche et les yeux du défunt), rituelle ou non, sur les corps des personnes atteints ou probablement atteints du Covid-19 ;
  • tous les soins de conservation invasifs (embaumement, soins de thanatopraxie) quelle que soit la cause du décès.

La mise en bière immédiate du corps des défunts atteints ou probablement atteints du Covid-19 est désormais imposée. Le défunt ne peut pas faire l'objet d'une présentation en chambre funéraire.

Le délai d'inhumation ou de crémation de 6 jours ouvrés maximum peut être modifié sans accord préalable du préfet, selon les circonstances. Ce délai ne peut pas dépasser 21 jours ou un délai supérieur fixé par le préfet.

En revanche, les cérémonies funéraires ne sont plus limitées en nombre de participants si toutes les mesures d'hygiène et de distanciation sociale sont mises en œuvre.

Et aussi

À la une

Dossiers d'actualité

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction