Épidémie Coronavirus (Covid-19)

Emploi des jeunes : le plan 1 jeune, 1 solution

Publié le 28 août 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © goodluz - Adobe-Stock

Jeunes apprentis avec leur instructeur

Faciliter l'entrée dans la vie professionnelle des jeunes particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire, orienter et former 200 000 d'entre eux vers les secteurs et les métiers d'avenir, accompagner ceux qui sont éloignés de l'emploi en construisant 300 000 parcours d'insertion sur mesure : le plan « 1 jeune, 1 solution » va accompagner les 16-25 ans pour les aider à construire leur avenir.

En concertation avec les partenaires sociaux, les entreprises et les territoires (service public de l'emploi, services de l'État dans les territoires, associations de jeunes et d'apprentis, associations de représentation des élus locaux, entreprises qui s'engagent...), le plan 1 jeune, 1 solution [application/pdf - 7.0 MB] s'appuie notamment sur l'adaptation des outils nationaux aux spécificités locales, le choix des secteurs prioritaires ou encore la construction de partenariats avec les réseaux d'intervention auprès des jeunes.

En quoi consiste le plan « 1 jeune, 1 solution » ?

Le dispositif prévoit 3 axes :

  • Faciliter l'entrée dans la vie professionnelle
    • Une compensation de charges de 4 000 € pour les entreprises qui recrutent un jeune de moins de 26 ans en contrat à durée indéterminée ou à durée déterminée d'au moins 3 mois entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021 ;
    • Une aide exceptionnelle de 5 000 € pour le recrutement d'un alternant (en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) de moins de 18 ans et de 8 000 € si celui-ci a plus de 18 ans ;
    • Des missions de service civique supplémentaires pour permettre à davantage de jeunes de s'engager.
  • Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d'avenir
    • De nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes à destination des jeunes sans qualification ou en échec dans l'enseignement supérieur ;
    • Des formations qualifiantes pour répondre aux besoins du secteur du soin et de la santé ;
    • Des formations numériques pour les jeunes non-qualifiés ;
    • Des parcours individualisés pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans ;
    • Des places supplémentaires pour poursuivre des formations en études supérieures, en CAP et BTS à la rentrée 2020.
  • Accompagner des jeunes éloignés de l'emploi en construisant 300 000 parcours d'insertion sur mesure
    • Un renforcement des dispositifs d'accompagnement et d'insertion durable dans l'emploi.

  À savoir : Afin qu'aucun jeune ne soit empêché dans son parcours vers l'emploi pour des raisons financières, des dispositifs de soutien sont mis en place avec notamment : le ticket de restauration U à 1 €, le gel des droits d'inscription universitaires pour 2020, le renforcement des prêts-études garantis par l'État, la revalorisation des barèmes des rémunérations des jeunes stagiaires, l'augmentation des dotations pour les jeunes en difficulté...

Et aussi

À la une

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction