Protection juridique

Le juge des tutelles peut interdire certaines relations familales

Publié le 26 août 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Rawpixel.com - stock.adobe.com

Femme se tenant la tête

Une personne majeure, même placée sous mesure de protection juridique, choisit librement d'avoir des relations personnelles avec un tiers (parent ou non). En cas de difficulté, le juge intervient et peut refuser de maintenir des liens dans l'intérêt de la personne protégée. C'est ce que vient de rappeler la première chambre civile de la Cour de cassation dans un arrêt du 24 juin 2020.

Une sœur placée sous tutelle subit une déstabilisation psychique lorsqu'elle entre en contact avec son frère. Cela se manifeste lorsque ce dernier lui rend visite dans l'établissement où elle réside ou lui téléphone. Le tuteur de cette femme, mandataire judiciaire à la protection des majeurs, saisit le juge des tutelles pour demander l'interdiction des visites du frère. Le magistrat fait droit à sa demande. Sa décision est confirmée par la Cour d'appel.

La Cour de cassation confirme l'arrêt de cette Cour d'appel. L'encadrement des visites ou des contacts téléphoniques est impossible en raison du comportement trop intrusif du frère. Il est donc nécessaire, dans l'intérêt du majeur protégé, de rompre totalement le lien familial dans l'attente d'une évolution.

Et aussi

À la une

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction