La sélection d'une langue déclenchera automatiquement la traduction du contenu de la page.

Prévention cancer

Papillomavirus humains (HPV) : la vaccination est étendue aux garçons

Publié le 08 février 2021 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Seventyfour - AdobeStock

Ado dans la salle d'attente d'un médecin

Jusqu'alors recommandé et remboursé seulement pour les filles, le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) est depuis le 1er janvier 2021 élargi aux garçons de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible chez les adolescents et les jeunes hommes de 15 à 19 ans. Cette mesure s'appuie sur les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS).

Le contexte

Les papillomavirus humains sont responsables de 8 localisations de cancers (col de l'utérus, anus, oropharynx, vulve, vagin, cavité orale, larynx, pénis). Chaque année, 6 300 nouveaux cas et un millier de décès leur sont attribuables en France.

Environ 80 % des femmes et des hommes y sont exposés au cours de leur vie, surtout au tout début de leur vie sexuelle, le préservatif n'assurant pas une protection suffisante. Si, la plupart du temps, le corps parvient à éliminer ces infections, elles peuvent toutefois persister et provoquer des lésions susceptibles d'évoluer plusieurs années plus tard vers un cancer.

C'est pourquoi la HAS a recommandé qu'à partir du 1er janvier 2021 la vaccination contre les HPV soit étendue à tous les garçons de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible chez les adolescents et les jeunes hommes de 15 à 19 ans révolus. Jusqu'ici, la vaccination n'était recommandée que pour les filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage entre 14 et 19 ans révolus, pour les hommes jusqu'à 26 ans révolus ayant des relations homosexuelles, ainsi que pour les adolescents des deux sexes immunodéprimés.

  A noter : À ce jour, plus de 20 pays, dont une quinzaine de pays européens, ont recommandé l'extension de la vaccination aux garçons.

Le vaccin

Le vaccin « Gardasil 9 » est recommandé dans le schéma vaccinal depuis début 2019. Il protège contre les infections à HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58 en cause dans la majorité des cancers concernés.

Si la vaccination des jeunes est réalisée avant le début de leur vie sexuelle, la protection apportée est proche de 100 %.

  Attention : L'existence de vaccins protégeant contre le HPV ne dispense pas les femmes d'un dépistage systématique du cancer du col de l'utérus par frottis tous les 3 ans entre 25 et 65 ans.

Le calendrier

La vaccination se déroule :

  • pour les filles et les garçons âgés de 11 à 14 ans révolus : en 2 injections, espacées de 6 à 13 mois ;
  • pour un rattrapage de la vaccination possible entre 15 à 19 ans révolus (si elle n'a pas eu lieu entre 11 et 14 ans) : en 3 injections, la 2e a lieu 2 mois après la 1re et la 3e est réalisée 6 mois après la 1re.

La prise en charge

Le vaccin est remboursé à 65 % par l'Assurance maladie, sur prescription médicale. Les mutuelles et complémentaires santé peuvent compléter le remboursement. Dans certains centres de vaccination, la vaccination peut être gratuite.

  A savoir : L'Institut national du cancer propose sur son site des informations sur les risques des HPV ainsi que sur la vaccination .

Et aussi

Dossiers d'actualité

Agenda

Publicité

France 2021, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction