La sélection d'une langue déclenchera automatiquement la traduction du contenu de la page.

Sobriété énergétique

Que prévoit le plan de sobriété énergétique pour les ménages ?

Publié le 07 octobre 2022 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © lovelyday12 - stock.adobe.com

Le plan de sobriété énergétique a été annoncé le 6 octobre par le gouvernement. Son objectif : une réduction de 10 % de la consommation d'énergie d'ici 2024. Il concerne l'ensemble de la société : État, entreprises, collectivités et citoyens. Service-Public.fr vous informe des mesures concernant les particuliers et des aides annoncées en faveur des ménages dans le cadre de ce plan d'économie d'énergie.

Le programme s'articule autour de 15 « mesures phares » destinées à lutter contre le gaspillage et à mieux gérer la consommation d'énergie dans tous les secteurs de l'économie, de l'administration publique et au sein des foyers. Pour les ménages, elles peuvent s'accompagner d'un soutien financier, afin d'inciter les citoyens à adopter les bons gestes, et dans un contexte de hausse conséquente des prix de l'énergie.

Jusqu'à 9 000 euros d'aide pour installer une pompe à chaleur

Les ménages résidant dans un logement individuel vont pouvoir bénéficier d'une aide pouvant aller jusqu'à 9 000 € pour passer d'une chaudière au gaz à une pompe à chaleur. Le dispositif MaPrimeRenov' doit également permettre d'encourager la rénovation des systèmes de chauffage pour des bâtiments de logement collectif.

Un bonus sobriété

Pour accompagner la mise en place du plan, une grande campagne de communication destinée à l'ensemble des Français sur le thème de « Chaque geste compte » démarre le 10 octobre pour promouvoir 5 écogestes essentiels :

  • baisser la température du chauffage à 19 °C dans les pièces principales et à 17 °C dans les chambres ;
  • baisser la température de son chauffe-eau à 55 °C ;
  • éteindre les appareils qui ne sont pas utilisés ou en veille ;
  • décaler l'usage de certains appareils en dehors des heures de pointe (8h-13h/18h-20h) afin d'éviter des coupures en cas de pics de consommation ;
  • s'équiper de thermostats programmables. Une prime allant jusqu'à 65 € par ménage pour installer un programmateur sur une chaudière existante est possible via le programme de certificats d'économies d'énergie (CEE)3.

Un « bonus sobriété », déjà proposé par certains fournisseurs d'énergie, devrait être élargi. Les ménages qui réduisent leur consommation énergétique pourront recevoir une prime sur leurs factures de gaz et d'électricité. Aucun montant n'a pour l'instant été communiqué.

  À noter : une campagne d'information sur la « météo de l'électricité » (signal Écowatt indiquant par des couleurs le niveau de consommation d'électricité) est prévue auprès du grand public, en partenariat avec le fournisseur d'électricité RTE, via les médias audiovisuels et radiophoniques.

Covoiturage encouragé

La mobilité est un des axes principaux du plan de sobriété énergétique. Dans ce cadre, à partir du 1er janvier 2023, un bonus financier sera attribué à toute personne qui s'inscrit sur une plate-forme de covoiturage. Son montant avoisinera les 100 €. Les trajets aussi bien quotidiens que de longue distance sont concernés.

Par ailleurs, l'utilisation des transports en commun est recommandée, plutôt que la voiture ; de même que le train, plutôt que l'avion, pour les trajets professionnels inférieurs à 4 heures.

Indemnisation de télétravail revalorisée pour les agents publics

Le recours au télétravail fait partie des mesures encouragées par le gouvernement cet hiver, notamment dans la fonction publique.

Le ministère de la Fonction publique annonce ainsi une revalorisation de 15 % de l'indemnisation de télétravail pour les agents publics. Elle passera de 2,50 € par jour à 2,88 € par jour, ce qui correspond à l'augmentation des prix de l'énergie annoncée pour début 2023.

Vitesse limitée à 110 km/h sur autoroute pour les agents publics

Les agents publics utilisant leur véhicule de service lors de trajets professionnels non urgents devront limiter leur vitesse à 110 km/h au lieu de 130 km/h sur autoroute et à 100 km/h au lieu de 110 km/h sur voie rapide. Cette mesure permet un gain de 20 % de carburant par trajet.