Agence de voyages

Annulation du séjour par le voyagiste : séjour de substitution ou indemnité ? Il faut choisir

Publié le 04 décembre 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © sebra - Adobe Stock.com

Deux personnes préparent leur voyage : recherche internet, notes sur un cahier, carte du monde, appareil photo, photos...

Lorsqu'un voyagiste annule un séjour touristique la veille du départ, l'acheteur ne peut pas à la fois accepter un voyage de substitution et réclamer une indemnité de résiliation.

C'est ce qu'a confirmé la Cour de cassation dans son arrêt du 14 novembre 2019. Dans cette affaire, l'acheteur avait réservé et intégralement payé un séjour au Maroc pour 4 personnes. La veille du départ, le vendeur annule le séjour et propose un séjour de substitution en Égypte dans un club offrant des prestations supérieures que le client accepte. À l'issue du voyage, l'acheteur assigne le vendeur en indemnisation.

Le code du tourisme prévoit en effet que lorsque, avant le départ, le vendeur d'un séjour ou d'un voyage touristique annule le voyage, il doit rembourser l'intégralité des sommes versées et payer une indemnité au moins égale à la pénalité que le voyageur aurait dû payer si lui-même avait annulé à cette date.

L'acheteur est toutefois débouté de sa demande. Pour la Cour de cassation, l'indemnité est exclue en cas d'acceptation d'un voyage de substitution. L'acheteur a accepté un voyage de substitution avec la même date de départ que le voyage initialement prévu, et a de plus renoncé à se prévaloir du délai contractuel de réflexion.

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction