Épidémie de Coronavirus (Covid-19)

Gels hydroalcooliques : des prix encadrés, une fabrication par les pharmaciens autorisée

Publié le 25 mai 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © nitikornfotolia - AdobeStock

Personne se servant de gel hydroalcoolique

Pour répondre à la demande et combattre la forte augmentation des prix de vente des gels ou solutions hydroalcooliques depuis l'apparition du Coronavirus en France, plusieurs textes sont parus au Journal officiel entre le 6 mars 2020 entre le 23 mai 2020. Ils réglementent les tarifs de ces produits jusqu'au 10 juillet 2020 et élargissent les autorisations de fabrication afin de lutter contre la pénurie.

Le ministère de l'Économie a décidé de plafonner les prix de vente de ces produits dont l'usage est recommandé pour désinfecter les mains et éviter une contamination par le Coronavirus (Covid-19). Il pourra les modifier par un nouvel arrêté pour tenir compte de l'évolution de la situation du marché sur tout ou partie du territoire.

Prix de vente au détail maximum toutes taxes comprises (TTC)

Contenance

Prix par litre

Prix unitaire par flacon

Jusqu'à 50 ml

35,17 € TTC

1,76 € TTC (50 ml maximum)

Plus de 50 ml jusqu'à 100 ml inclus

26,38 € TTC

2,64 € TTC (100 ml maximum)

Plus de 100 ml jusqu'à 300 ml inclus

14,68 € TTC

4,40 € TTC (300 ml maximum)

Plus de 300 ml

13,19 € TTC

13,19 € TTC (1 l maximum)

Prix de vente en gros maximum hors taxe (HT)

Contenance

Prix par litre

Jusqu'à 50 ml

30 € HT

Plus de 50 ml jusqu'à 100 ml inclus

20 € HT

Plus de 100 ml jusqu'à 300 ml inclus

10 € HT

Plus de 300 ml

8 € HT

Un suivi du respect de cette disposition sera assuré par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les enquêteurs seront également attentifs aux messages publicitaires faisant la promotion de produits abusivement présentés comme efficaces contre le coronavirus.

Tout vendeur ne respectant pas cette mesure pourra faire l'objet d'une contravention de 5e classe : 7 500 € d'amende par produit vendu.

Par ailleurs, afin de répondre à la demande importante, un arrêté paru le 7 mars 2020 a autorisé jusqu'au 10 juillet 2020 les pharmacies à produire leur propre solution hydroalcoolique en cas de rupture de leur approvisionnement et dans les conditions recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette mesure s'accompagne d'un contrôle des prix différent. Un coefficient multiplicateur peut être appliqué sur les prix de la grille ci-dessus lorsque ces produits sont fabriqués en pharmacie : 1,5 pour les contenants de 300 ml ou moins et 1,3 concernant les contenants de plus de 300 ml pour la vente au détail, et 1,2 pour les contenants de 300 ml ou moins et 1,1 concernant les contenants de plus de 300  ml pour la vente en vrac.

Ainsi, un gel fabriqué en pharmacie peut être vendu au détail jusqu'entre 50 % et 30 % plus cher que le prix initialement fixé selon sa contenance. Par exemple, un flacon de 100 ml pourra être vendu au détail jusqu'à 3,96 €, un flacon d'1 l, 17,15 €.

  Attention : La DGCCRF a publié le 18 mai 2020 un avis de rappel d'un gel nettoyant pour les mains . Si vous êtes en possession d'un flacon de gel « Hand Sanitizer » de la marque Symex, il ne faut plus utiliser ce produit et le rapporter là où vous l'avez acheté. Sa teneur en éthanol est en effet insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne.

  À savoir : L'Assemblée nationale a voté mi-avril une baisse de TVA, de 20 % à 5,5 % sur les masques et le gel hydroalcoolique, afin de les rendre plus accessibles pendant la crise du coronavirus.

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction