Fiche pratique

Bénéfices non commerciaux (BNC) : régimes fiscaux et déclarations

Vérifié le 28 avril 2017 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère chargé des finances

Les bénéfices non commerciaux (BNC) constituent une catégorie de l'impôt sur le revenu, applicable aux personnes qui exercent une activité professionnelle non commerciale, à titre individuel ou comme associées de sociétés, et font partie du revenu imposable. Aucune distinction n'est faite entre le bénéfice de l'entreprise individuelle et la rémunération du professionnel. Ils sont soumis à des obligations déclaratives qui dépendent du régime fiscal applicable : micro BNC ou normal.

Sont soumis à l'imposition sur les bénéfices non commerciaux (BNC) :

  • bénéfices des professions libérales ;
  • revenus des charges et offices (notaires, huissiers, greffiers, commissaires-priseurs, par exemple) ;
  • droits d'auteur et revenus de certaines professions des secteurs de la communication et de l'information (créateur publicitaire par exemple) ;
  • revenus de la propriété industrielle perçus par un particulier ;
  • revenus des prêtres ;
  • revenus des intermédiaires ou agents transparents qui agissent au nom et pour le compte de leurs clients ;
  • revenus accessoires perçus par les professions non commerciales dans le prolongement de leur activité, etc.

Les professionnels libéraux peuvent recourir à différents statuts : entrepreneur individuel, société classique, mais aussi structures spécifiques, comme la société civile professionnelle (SCP) ou la société d'exercice libéral (SEL).

Les sociétés d'exercice libéral sont soumises au régime des sociétés de capitaux et assujetties à l'impôt sur les sociétés, sauf option contraire (option possible pour une EURLou une SARL de famille).

Des revenus commerciaux ou agricoles, perçus dans le cadre d'une profession libérale, peuvent aussi être imposés dans la catégorie des BNC, à condition de découler de l'activité non commerciale, dont les recettes doivent rester prépondérantes.

Sont toutefois imposés dans la catégorie des traitements et salaires :

  • les médecins salariés d'un établissement, avocats salariés d'un cabinet, etc. quand ils exercent leur activité en état de subordination vis-à-vis d'un employeur ;
  • les écrivains et compositeurs, quand les droits d'auteur sont intégralement déclarés par des tiers.

Le bénéfice imposable est variable selon le chiffre d'affaires annuel (chiffre d'affaires effectivement encaissé).

Régime spécial BNC (micro-entreprise ou micro BNC)

Déclaration contrôlée

Conditions

Chiffre d'affaires annuel hors taxe (CAHT) inférieur à 33 200 €

  • CAHT supérieur à 33 200 €
  • ou sur option avant le 2e jour ouvré suivant le 1er mai de l'année suivante (option valable 2 ans).

Détermination du bénéfice imposable

Application d'un abattement forfaitaire pour frais professionnels de 34 %, avec un minimum d'abattement de 305 €

Imposition assise sur les bénéfices nets

Revenu à déclarer

Recettes brutes (hors TVA, sans déduire aucun abattement) + éventuelles plus ou moins-values réalisées

Déclarations fiscales

  • n°2042 C pro dans la rubrique « régime spécial BNC »
  • n°2042 en cas d'option pour le versement libératoire (auto-entrepreneur)

Un professionnel, soumis au micro BNC, peut opter pour le versement libératoire de l'impôt sur le revenu. L'impôt sur le revenu correspond à 2,2 % du chiffre d'affaires.

Quel que soit le chiffre d'affaires, la déclaration n°2035 doit être obligatoirement effectuée en ligne :

Les sociétés et groupements, non soumis à l'impôt sur les sociétés (IS) et placés sous le régime de la déclaration contrôlée, doivent souscrire l'annexe n°2035 AS destinée à faire apparaître la répartition des résultats entre les associés.

  Attention :

les BNC sont inclus dans le revenu imposable du foyer fiscal, qui prend en compte le montant total des BNC : la déduction forfaitaire automatique de 10 % représentative de frais professionnels, valable pour les salaires, n'est pas applicable aux bénéfices des professionnels.