Tabagisme

Cigarettes et tabac à rouler : certains prix changent au 1er juillet 2020

Publié le 12 juin 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Smeilov - Adobe Stock.com

Paquet de cigarettes neutre

À partir du 1er juillet 2020, les prix de certaines cigarettes vont augmenter. C'est ce qu'indique un arrêté publié au Journal officiel du 12 juin 2020.

Certaines marques vont voir le prix du paquet de 20 unités passer à 9,50 € ou 9,60 €.

C'est en effet ce que prévoit un arrêté sur les prix de vente au détail des tabacs (cigarettes, cigarillos, cigares, tabac à rouler) qui liste toutes les marques commercialisées en annexe. Cette nomenclature est disponible sur le site de la direction générale des douanes et droits indirectes .

Les prix fixés par les fabricants sont homologués conjointement par la ministre des Solidarités et de la Santé et le ministre de l'Action et des Comptes publics.

  Rappel : En 2017, le ministère des Solidarités et de la Santé avait souhaité porter progressivement le prix moyen d'un paquet de cigarettes à 10 € d'ici 2020 afin de réduire la consommation de tabac. Le prix figure parmi les facteurs dissuasifs de l'entrée dans la consommation du tabac et constitue également une motivation forte pour amener les fumeurs à aller vers le sevrage.

Et aussi

Dossiers d'actualité

Publicité

France 2020, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction