Réponse ministérielleCimetière communal

Travaux sur une tombe : faut-il une autorisation ?

Publié le 30 octobre 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © katarinagondova - AdobeStock

Cimetière et tombes.

Faut-il une autorisation préalable de la mairie pour ravaler la pierre tombale ou la gravure du nom des défunts dans un cimetière communal ? Tel est le sens de la question posée par un sénateur.

Dans sa réponse, le ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales rappelle d'abord que, sauf risque pour l'hygiène, la décence ou la sécurité du cimetière, la rénovation des monuments funéraires n'est pas encadrée par la loi.

Toutefois, les règlements de cimetière conditionnent souvent la réalisation des travaux à une déclaration préalable auprès du maire.

Concernant plus précisément des inscriptions réalisées sur un monument funéraire, l'article R 2223-8 du code général des collectivités territoriales (CGCT) précise d'ailleurs que : « Aucune inscription ne peut être placée sur les pierres tumulaires ou monuments funéraires sans avoir été préalablement soumise à l'approbation du maire. » Enfin, ayant une autorité de police des funérailles et des lieux de sépulture, le maire a une obligation de surveillance du cimetière. Il peut donc être conduit à interdire une inscription portant manifestement atteinte à l'ordre public dans le cimetière ou à la dignité du défunt.

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction