Épidémie Coronavirus (Covid-19)

Violences domestiques : victime ou témoin, vous devez réagir !

Publié le 02 avril 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Secrétariat d'État chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes

Logo arretonslesviolences.gouv.fr

Promiscuité, tension, anxiété... Le contexte particulier de confinement lié à la pandémie de Covid-19 voit la recrudescence des violences conjugales et intrafamiliales. Pour lutter contre ces violences, il existe d'autres dispositifs que l'appel téléphonique.

Le Secrétariat d'État chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations rappelle l'existence du dispositif d'alerte et d'accueil pour les victimes « arretonslesviolences.gouv.fr ».

La plateforme arretonslesviolences.gouv.fr

Durant toute la période du confinement, la plateforme en ligne arretonslesviolences.gouv.fr vous permet de signaler des violences, que vous en soyez victime ou témoin, et de bénéficier d'assistance et de conseils.

Elle est gratuite, anonyme, sécurisée et disponible 24h/24 et 7 jours sur 7. Elle assure un accueil et une orientation personnalisés.

Ce portail vous permet notamment de :

  • savoir si vous êtes concerné : des témoignages relatent des propos et comportements violents. Si vous vous y reconnaissez, vous pouvez en parler car la loi vous protège ;
  • savoir qui contacter, que vous soyez victime ou témoin : une personne de confiance, un médecin, une assistante sociale, la gendarmerie ou la police, une association spécialisée ;
  • savoir comment bien agir pour aider si vous êtes témoin ou confident ;
  • faire un signalement en ligne ;
  • apprendre à effacer vos traces de connexions selon le navigateur que vous utilisez.

Et aussi, il vous rappelle les numéros essentiels :

  • le 3919 pour être écouté, informé, orienté ;
  • le 17 en cas d'urgence.

Le site s'adresse également aux professionnels pour les aider à mieux repérer et prendre en charge les violences, avec la possibilité de télécharger des outils de formation spécifiques.

De nouveaux dispositifs

  • Une victime peut se rendre dans la pharmacie la plus proche de son domicile, où elles sera accueillie et où l'alerte sera immédiatement donnée auprès des forces de l'ordre pour une prise en charge rapide. La personne peut prétendre sortir de son domicile pour aller faire des courses et remplir l'attestation en cochant la case correspondante. Toutefois, il ne pourra lui être reproché de s'être échappée sans attestation.
  • Vous pouvez également envoyer un SMS au 114 : cela évite d'appeler le 17 si vous êtes en danger et dans l'impossibilité de parler. Ce numéro d'urgence est habituellement utilisé par les personnes sourdes et malentendantes. Les services de police, de gendarmerie, le SAMU, ou les sapeurs-pompiers seront contactés.

Par ailleurs, le 119, numéro d'appel pour l'enfance en danger, continue à être joignable 24h/24 et 7 jours sur 7. Il est gratuit depuis tous les téléphones et n'apparaît pas sur le relevé téléphonique.

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction