La sélection d'une langue déclenchera automatiquement la traduction du contenu de la page.

Épidémie Coronavirus (Covid-19)

PsyEnfantAdo : un soutien psychologique gratuit pour les 3-17 ans

Publié le 15 juin 2021 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Irina Polonina - stock.adobe.com

Adolescent triste près d'une fenêtre

La crise sanitaire et les périodes de confinement ont eu un impact préjudiciable sur la santé mentale et psychologique des jeunes de moins de 18 ans, particulièrement touchés par des symptômes anxieux ou dépressifs. Le dispositif de soutien psychologique d'urgence « PsyEnfantAdo », lancé début juin, s'adresse aux enfants et adolescents de 3 à 17 ans inclus en souffrance psychologique légère à modérée. Il prévoit la prise en charge à 100 % de 10 séances maximum avec un psychologue.

Qui sont les bénéficiaires ?

Le dispositif de soutien psychologique PsyEnfantAdo concerne :

  • les enfants et les adolescents de 3 à 17 ans inclus ;
  • bénéficiaires de l'assurance maladie ou de l'aide médicale de l'État ;
  • dont la santé psychique a été affectée par la crise sanitaire et qui présentent :
    • des modifications visibles du comportement et/ou de l'état psychique suscitant l'inquiétude de l'entourage (famille, milieu scolaire, médecin généraliste, pédiatre, service de protection maternelle et infantile (PMI)...) ;
    • une souffrance psychique d'intensité légère à modérée, sans signe de gravité.

Comment en bénéficier ?

Pour bénéficier des séances intégralement prises en charge par l'Assurance Maladie du dispositif PsyEnfantAdo, il faut d'abord consulter un médecin (médecin traitant de l'enfant, médecin hospitalier, médecin scolaire, médecin de PMI...). C'est le médecin qui, s'il l'estime nécessaire, en accord avec les parents et l'enfant concerné, prescrira un soutien psychologique avec un psychologue participant au dispositif. L'ordonnance établie par le médecin est nécessaire pour bénéficier de la prise en charge des séances, sans avance de frais.

Après avoir consulté le médecin, vous pouvez prendre rendez-vous avec l'un des psychologues partenaires du dispositif, dont vous pouvez consulter la liste sur psyenfantado.sante.gouv.fr .

Le médecin pourra orienter les enfants et adolescents vers un psychologue du dispositif jusqu'au 31 octobre 2021 (date indiquée sur l'ordonnance). Toutefois, les séances pourront être réalisées jusqu'au 31 janvier 2022.

Dans le cadre de ce dispositif, les enfants et les adolescents peuvent bénéficier d'au maximum 10 séances de soutien psychologique, entièrement prises en charge. Ce forfait n'est pas renouvelable.

Le soutien psychologique débute par un entretien initial d'évaluation réalisé par le psychologue, qui, en fonction des besoins de l'enfant ou de l'adolescent, proposera de 1 à 9 séances d'accompagnement psychologique. Les séances peuvent être aussi réalisées à distance, par téléphone ou par visio, en accord avec l'intéressé et les parents.

  A noter : Il est possible de changer de psychologue, mais uniquement après la première séance dite « entretien initial d'évaluation ». Une fois que les séances de soutien psychologique auront débuté vous ne pouvez plus changer de psychologue sauf en cas de cessation d'activité de celui-ci. L'enfant ou l'adolescent est libre d'arrêter les séances, s'il le souhaite. Il suffit d'en informer le psychologue.

Et aussi

À la une

Publicité

France 2021, les données clés

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction