Grossesse et alcool : c'est non !

Publié le 11 septembre 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Amelie - Fotolia.com

Panneau d'avertissement pour ne pas consommer d'alcool en cas de grossesse.

Pendant la grossesse, boire de l'alcool est toxique pour le fœtus et peut engendrer de nombreuses complications pour le bébé (retard de croissance, atteintes du système nerveux, malformations...) dont le syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) est la forme la plus grave. C'est ce que rappelle Santé publique France dans le cadre du lancement de sa campagne nationale d'information « zéro alcool pendant la grossesse » suite à la journée mondiale de sensibilisation au SAF.

En effet, en cas de consommation d'alcool pendant la grossesse, l'alcool passe, par l'intermédiaire du placenta, dans le sang du bébé et peut nuire à son développement.

Si les consommations d'alcool importantes et régulières sont à l'origine des problèmes les plus graves, des consommations plus ponctuelles peuvent aussi avoir des conséquences néfastes pour le nouveau-né (dans l'état actuel des connaissances, il n'est pas possible de définir le seuil de consommation d'alcool en-dessous duquel il n'y aurait pas de risques pour le bébé). C'est pourquoi, les autorités sanitaires recommandent par principe de précaution de s'abstenir de toute consommation de boisson alcoolisée pendant la grossesse.

  À savoir :

Entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés ont présenté au moins une conséquence liée à l'alcoolisation fœtale. Ces chiffres qui représentent environ une naissance par jour sont même sous-estimés du fait de de la difficulté de diagnostiquer ces troubles en période néonatale, ces chiffres ne comptabilisant pas non plus les diagnostics qui ont été établis ultérieurement.

Et aussi

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction