Question-réponse

Étranger en transit en France : quel visa demander ?

Vérifié le 12 septembre 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Si vous effectuez uniquement un transit aéroportuaire en France, vous pouvez, suivant votre nationalité, être soumis à visa. Le visa est une vignette apposée par l'administration d'un pays sur le passeport d'une personne afin de l'autoriser à entrer et séjourner pendant une période déterminée.

Vous pouvez relever de 2 types de visa de transit.

Visa de transit aéroportuaire

Vous pouvez être soumis à visa de transit aéroportuaire si, à l'occasion d'une escale internationale, vous devez passer par la zone internationale de transit d'un aéroport français. Ce visa, appelé visa A ou VTA, est valable pour la durée de votre transit (moins d'1 jour) et ne vous permet pas de changer d'aéroport.

Vous êtes concerné si vous êtes citoyen d'un des pays suivants :

  • Afghanistan,
  • Bangladesh,
  • République démocratique du Congo,
  • Érythrée,
  • Éthiopie,
  • Ghana,
  • Iran,
  • Irak,
  • Nigeria,
  • Pakistan,
  • Somalie,
  • Sri Lanka,
  • Angola,
  • Cameroun,
  • République du Congo (Brazzaville),
  • Côte d'ivoire,
  • Cuba,
  • République Dominicaine,
  • Guinée (Conakry),
  • Haïti,
  • Inde,
  • Mali,
  • Mauritanie,
  • Russie (ressortissants  provenant d'un aéroport situé en Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, Turquie ou Égypte),
  • Sénégal,
  • Soudan,
  • Soudan du Sud,
  • Syrie,
  • Tchad,
  • Togo.

Visa de transit non aéroportuaire

Un visa de transit de type C vous est remis si vous souhaitez transiter par un aéroport français (ou de tout autre pays Schengen) en sortant de la zone internationale de l'aéroport pour vous rendre vers une autre destination (par exemple si vous arrivez à l'aéroport de Roissy, pour une correspondance à Bruxelles puis un vol vers Montréal).

Ce visa vous autorise à séjourner dans Schengen le temps nécessaire pour votre transit.