La sélection d'une langue déclenchera automatiquement la traduction du contenu de la page.

Santé des étudiants

Les services de santé universitaires (SSU) deviennent des services de santé étudiants (SSE) en 2023

Publié le 18 octobre 2022 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © rocketclips - AdobeStock

Afin de renforcer l'accompagnement de tous les étudiants en matière de santé et de prévention, les services de santé universitaires (SSU) deviendront des services de santé étudiants (SSE) à partir du 1er janvier 2023. Ils seront ouverts à tous les étudiants, et notamment à ceux qui ne sont pas inscrits dans une formation universitaire. Service-Public.fr détaille les évolutions prévues par cette réforme.

Le Conseil national de l’Enseignement supérieur (CNESER) du 11 octobre 2022 a décidé que les services de santé universitaires (SSU) deviendront des services de santé étudiants (SSE) dès le 1er janvier 2023 afin d'en élargir l'accès à tous les étudiants du supérieur. Par ailleurs, les missions de ces services seront renforcées pour intégrer l'ensemble des domaines de la santé étudiante  : santé mentale, santé sexuelle, prévention et lutte contre les addictions, nutrition…

Les évolutions prévues vont permettre :

  • D'élargir à l'ensemble des étudiants du supérieur l'offre médicale de prévention et de soins actuellement proposée par les services de santé universitaires (SSU). Les services de santé universitaires (SSU) deviendront ainsi des services de santé étudiants (SSE).
  • D'apporter une meilleure réponse aux besoins des étudiants grâce à une approche territoriale. Une offre propre aux territoires sera également proposée aux étudiants. Elle sera fondée sur une étude de terrain des besoins en santé des étudiants, en partenariat avec les Agences régionales de santé et les Caisses primaires d'assurance maladie (CPAM).
  • Une meilleure représentation des étudiants dans la gouvernance des services de santé étudiants. Le conseil de service du SSE sera ouvert aux étudiants, ils seront ainsi davantage associés à la construction des plans d'actions des services de santé, au niveau national et territorial.
  • Une meilleure légitimité d’action dans tous les domaines de la santé étudiante. Un décret à paraître inscrira explicitement dans le code de l'éducation que les services de santé étudiants sont en charge de la santé mentale, sexuelle, des addictions et de l’accompagnement nutritionnel des étudiants.

  À savoir : En vue de réformer les services de santé universitaires (SSU), une concertation a été menée depuis janvier 2022. Elle a associé les organisations étudiantes, l’Association des directeurs des services de santé universitaires (ADSSU), les conférences d’établissements, l’Association des villes universitaires de France (AVUF), la Direction générale de la santé, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), le Cnous et la Caisse nationale de l’assurance maladie.

Une enveloppe budgétaire de 8,2 millions d’euros est consacrée à la mise en place de cette réforme. Elle servira notamment à financer les recrutements dans les centres de santé et certains projets.