Fiche pratique

Fonction publique : congé de 3 jours pour naissance ou adoption

Vérifié le 11 mars 2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Un agent public (fonctionnaire ou contractuel) bénéficie, sous certaines conditions, d'un congé rémunéré de 3 jours lors d'une naissance ou d'une adoption.

Statut

Le congé pour 3 jours s'adresse à l'agent public qu'il soit fonctionnaire ou contractuel.

Paternité

En cas de naissance, c'est le père qui bénéficie du congé.

Si le couple n’est pas marié, le père doit :

  • avoir reconnu l’enfant,
  • et vivre de manière reconnu et permanente avec la mère.

En cas d’adoption, le congé est accordé à celui des 2 parents qui ne demande pas à bénéficier du congé d'adoption.

  À savoir :

la personne vivant en couple avec la mère est aussi concernée par ce congé.

En cas de fausse-couche

Si l'enfant est mort-né, le congé peut être attribué à l'agent. La naissance doit avoir eu lieu à un moment où l'enfant aurait pu être susceptible de vivre. Par exemple, une fausse-couche au 8è mois de grossesse peut être considérée comme une naissance. En cas de doute, c'est le médecin qui se prononce.

Attribution

Les dates du congé sont fixées entre l’agent et son administration. Les textes ne prévoient pas de délai minimum pour le demander.

Si l'agent est en congé annuel ou de maladie au moment de la naissance ou de l'adoption, il peut prolonger son congé de 3 jours.

La durée du congé est de 3 jours ouvrables. Une naissance gémellaire ou multiple ne prolonge pas la durée du congé.

Les 3 jours de congé peuvent être pris de manière consécutive ou non, dans les 15 jours qui précèdent ou suivent la naissance ou l'adoption.

Le congé pour naissance ou adoption est rémunéré.