Fiche pratique

Retraite dans le privé : décote

Vérifié le 04 mai 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Si vous ne remplissez pas les conditions permettant de bénéficier d'une pension de retraite à taux plein (fixé à 50 %), ce taux est réduit par un coefficient de minoration. Ce coefficient, également appelé décote, est déterminé en fonction du nombre de trimestres manquants pour bénéficier du taux plein.

Vous pouvez partir en retraite dès que vous avez atteint l'âge minimum de départ à la retraite. Cependant, si vous ne remplissez pas la condition de durée d'assurance vieillesse exigée pour bénéficier d'une pension de retraite à taux plein, la sécurité sociale calcule votre pension en appliquant un taux minoré (appelé décote). Ce taux varie en fonction :

  • du nombre de trimestres qui vous manque pour bénéficier d'une pension à taux plein,
  • et de votre année de naissance.

  Attention :

un coefficient de minoration est également appliqué lors du calcul de votre pension de retraite complémentaire.

Formule de calcul

Votre décote est déterminée en appliquant au taux plein un coefficient de minoration multiplié par le nombre de trimestres manquants pour avoir droit au taux plein.

Coefficient de minoration

Le coefficient de minoration appliqué au taux plein (50 %) par trimestre manquant est de 1,375 %.

La diminution du taux par trimestre manquant est de 0,6875.

Le taux de la pension ne peut pas être inférieur à 36,25 % (correspondant à 20 trimestres et plus manquant).

Déterminer le nombre de trimestres manquants

Votre caisse de retraite compare :

  • le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la date à laquelle vous atteignez l'âge permettant de bénéficier automatiquement du taux plein,
  • et le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la durée d'assurance retraite ouvrant droit au taux plein.

Le nombre de trimestres est arrondi au chiffre supérieur. Le nombre de trimestres manquants retenu est le plus avantageux pour vous.

Par exemple, pour bénéficier d'une retraite à taux plein, un salarié né le 1er décembre 1952 doit :

  • soit justifier de 164 trimestres d'assurance vieillesse (41 ans),
  • soit attendre d'avoir 65 ans et 9 mois (au 31 août 2018).

S'il décide de partir en retraite dès le 1er janvier 2018 en ayant seulement 158 trimestres, il lui manque :

  • soit 6 trimestres pour remplir la condition de durée d'assurance vieillesse permettant de bénéficier du taux plein (164 - 158),
  • soit 2 trimestres et 2 mois arrondis à 3 trimestres pour remplir la condition d'âge permettant d’obtenir le taux plein automatique (65 ans et 9 mois - 65 ans et 1 mois).

Le plus avantageux des 2 nombres est retenu pour le calcul, soit 3 trimestres.

Ce nombre est ensuite multiplié par le coefficient de minoration applicable.

Ainsi, pour ce salarié, le taux de minoration applicable pour le calcul de la pension est le suivant : 50 % - (0,6875 x 3) = 47,9375 %.

Formule de calcul

Votre décote est déterminée en appliquant au taux plein un coefficient de minoration multiplié par le nombre de trimestres manquants pour avoir droit au taux plein.

Coefficient de minoration

Le coefficient de minoration appliqué au taux plein (50 %) par trimestre manquant est de 1,25 %.

La diminution du taux par trimestre manquant est de 0,625.

Le taux de la pension ne peut pas être inférieur à 37,5 % (correspondant à 20 trimestres et plus manquant).

Déterminer le nombre de trimestres manquants

Votre caisse de retraite compare :

  • le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la date à laquelle vous atteignez l'âge permettant de bénéficier automatiquement du taux plein,
  • et le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la durée d'assurance retraite ouvrant droit au taux plein.

Le nombre de trimestres est arrondi au chiffre supérieur. Le nombre de trimestres manquants retenu est le plus avantageux pour vous.

Par exemple, pour bénéficier d'une retraite à taux plein, un salarié né le 1er septembre 1953, doit :

  • soit justifier de 165 trimestres d'assurance vieillesse (41 ans et 3 mois),
  • soit attendre d'avoir 66 ans et 2 mois (au 1er novembre 2019).

S'il décide de partir en retraite dès le 1er septembre 2018 (à 65 ans) en ayant seulement 158 trimestres, il lui manque :

  • soit 7 trimestres pour remplir la condition de durée d'assurance vieillesse permettant de bénéficier du taux plein (165 - 158),
  • soit 4 trimestres et 2 mois arrondis à 5 trimestres pour remplir la condition d'âge permettant d'obtenir le taux plein automatique (66 ans et 2 mois - 65 ans).

Le plus avantageux des 2 nombres est retenu pour le calcul, soit 5 trimestres.

Ce nombre est ensuite multiplié par le coefficient de minoration applicable.

Ainsi, pour ce salarié, le taux de minoration applicable pour le calcul de la pension est le suivant : 50 % - (0,625 x 5) = 46,875 %.