En brefAccès aux soins

Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) : revalorisation du plafond de ressources

Publié le 01 avril 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Fonds CMU-C

Logo de la CMU

Un arrêté paru au Journal officiel du 23 mars 2019 fixe le nouveau plafond de ressources annuelles à ne pas dépasser pour bénéficier de la CMU-C : à compter du 1er avril 2019, il passe de 8 810 € à 8 951 € pour une personne seule.

La CMU-C est une complémentaire santé gratuite destinée aux personnes disposant de faibles ressources qui donne droit à la prise en charge gratuite de la part complémentaire de tous les soins remboursés par la Sécurité sociale (consultations, analyses médicales, médicaments, hospitalisations, etc.). Accordée pour une durée d'un an, il faut demander chaque année son renouvellement.

Qui peut bénéficier de la CMU-C ?

Il faut résider en France (métropolitaine ou dans les DOM, hors Mayotte) de manière stable (plus de 3 mois) et régulière et disposer de revenus inférieurs à un plafond qui varie en fonction de la composition du foyer. Pour les étrangers, il faut être en situation régulière.

La demande est à faire auprès de sa caisse d'Assurance maladie.

Plafond de ressources pour l'attribution de la CMU-C

Composition du foyer

Plafond annuel de ressources au 1er avril 2019

Métropole

DOM (sauf Mayotte)

1 personne

8 951 €

9 962 €

2 personnes

13 427 €

14 944 €

3 personnes

16 112 €

17 932 €

4 personnes

18 797 €

20 921 €

Par personne en +

3 580 €

3 985 €

  À savoir : L'Assurance maladie met à votre disposition un simulateur en ligne pour estimer vos droits à une aide pour une complémentaire santé .

2

Si vous dépassez le plafond de ressource, vous avez peut-être droit à l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) .

Quelles sont les prestations prises en charge ?

La CMU-C donne droit à la prise en charge :

  • du tiers payant ;
  • du ticket modérateur (la part laissée par la Sécurité sociale à la charge de l'assuré sur tous les soins remboursables par l'Assurance maladie) ;
  • du forfait journalier hospitalier ;
  • de la participation forfaitaire de 1 € et de la franchise médicale ;
  • des dépassements de tarifs (au-delà du ticket modérateur) dans la limite de certains plafonds, pour les lunettes, les prothèses dentaires et auditives, etc. ;
  • d'une paire de lunettes par an ;
  • des prothèses dentaires et traitements orthodontiques (dans la limite des actes et des tarifs prévus pour la CMU-C) ;
  • des aides auditives ;
  • d'un certain nombre de dispositifs médicaux (cannes, déambulateurs, produits pour diabétiques, pansements, etc.).

  À savoir : La loi interdit à tout professionnel de santé de refuser de recevoir en consultation un bénéficiaire de la CMU-C ou de l'ACS. Si vous avez été victime d'un refus de soins, vous pouvez notamment le signaler sur le site de la CMU .

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction