En brefCopropriétaires

Immatriculation des copropriétés : c'est jusqu'au 31 décembre 2018

Publié le 24 janvier 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © gassh - Fotolia.com

Vous êtes copropriétaire dans une copropriété de moins de 50 lots ? Savez-vous que, suite à la loi Alur du 24 mars 2014, votre copropriété doit être immatriculée sur un registre national des copropriétés au plus tard le 31 décembre 2018  ?

Cette immatriculation qui a pour objectif de faciliter la connaissance de l'état des copropriétés et de mieux prévenir d'éventuels dysfonctionnements s'effectue en ligne sur www.registre-coproprietes.gouv.fr auprès de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Elle est en général réalisée par le syndic (professionnel ou bénévole) assurant la gestion de la copropriété. Néanmoins, les notaires peuvent aussi procéder à cette immatriculation pour les copropriétés nouvellement créées ou encore en cas de vente d'un lot.

Les informations à fournir lors de cette immatriculation portent sur :

  • l'identité de la copropriété (adresse, nombre de lots, nom et statut du syndic...) ;
  • ses finances (montant du budget prévisionnel, provisions pour travaux...) ;
  • son bâti (période de construction, nombre d'ascenseurs, type de chauffage...) ;
  • d'éventuelles difficultés au sein de la copropriété (procédures administratives ou judiciaires).

En l'absence d'immatriculation, le syndic peut être mis en demeure, l'Anah pouvant alors appliquer une astreinte de 20 € par lot de copropriété et par semaine de retard.

  Rappel :

Les autres copropriétés (50 lots et plus) doivent être immatriculées depuis décembre 2017 (pour celles de 50 à 200 lots) et depuis décembre 2016 (pour celles de plus de 200 lots).

Et aussi

À la une

Dossiers d'actualité

Publicité

Le rôle des Actualités est de signaler rapidement des mesures susceptibles de modifier ou préciser des droits et obligations. Ces brèves d’actualité rendent compte également des modifications apportées aux démarches pratiques pour exercer ces droits. La rédaction n'est pas à l'origine de ces décisions et son rôle n’est pas d’en discuter. Tous ces courts articles mentionnent les sources à consulter. Il convient de s'y reporter soit pour vérifier l'information, en cas de besoin, soit pour en savoir plus. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles coquilles ou erreurs présentes dans l’article : Écrire à la rédaction