Fiche pratique

Secteur privé : licenciement pour maladie

Vérifié le 18 novembre 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Le licenciement d'un salarié malade est possible uniquement dans certains cas, qui dépendent du motif qui justifie le licenciement. Lorsque le licenciement est possible, la procédure à respecter et les indemnités versées au salarié varient également en fonction du motif du licenciement.

Aucun salarié ne peut être licencié en raison de son état de santé. Ainsi, par exemple, un employeur ne peut pas licencier un salarié au seul prétexte qu'il est régulièrement malade.

S'il est établi que le licenciement a un lien avec l'état de santé du salarié, il est considéré comme discriminatoire. Ses conséquences sont celles prévues en cas de licenciement nul.

Cependant, la maladie du salarié peut avoir des conséquences sur sa capacité à reprendre un emploi ou sur la bonne marche de l'entreprise, qui peuvent justifier un licenciement.

Le licenciement d'un salarié déclaré inapte, par le médecin du travail, à reprendre son emploi est possible :

  • si son employeur est dans l’incapacité de lui proposer un nouvel emploi adapté à ses capacités,
  • ou si le salarié refuse le(s) poste(s) proposé(s) correspondant aux préconisations du médecin du travail.

Peu importe que l'inaptitude soit d'origine professionnelle ou non.

L'employeur doit respecter la procédure de licenciement pour motif personnel. La lettre de licenciement doit mentionner :

  • l'inaptitude du salarié
  • et l'impossibilité de reclassement dans un poste compatible avec les préconisations du médecin du travail.

Les indemnités versées au salarié dépendent de l'origine professionnelle ou non de l'inaptitude :

Inaptitude d'origine non professionnelle

Si le salarié en remplit les conditions, il a droit aux indemnités suivantes :

  À noter :

des dispositions conventionnelles peuvent prévoir des conditions d'indemnisation plus favorables.

Inaptitude d'origine professionnelle

Si le salarié en remplit les conditions, il a droit aux indemnités suivantes :

  À noter :

des dispositions conventionnelles peuvent prévoir des conditions d'indemnisation plus favorables.

Un salarié peut être licencié dans les conditions suivantes :

  • son absence prolongée ou ses absences répétées perturbent le fonctionnement de l’entreprise,
  • l'employeur se trouve dans la nécessité de pourvoir à son remplacement définitif,
  • et l'origine des absences du salarié n'est pas liée à un manquement de l'employeur a son obligation de sécurité (par exemple, absences liées à un harcèlement moral).

Dans ce cas, les motifs du licenciement sont appréciés au cas par cas par le juge. Ce dernier prend en considération la durée et la fréquence des absences, les responsabilités du salarié et le préjudice causé à l'entreprise.

La convention collective applicable peut prévoir que le salarié absent pour maladie ne peut être licencié qu'au terme d’un certain délai.

L'employeur doit respecter la procédure de licenciement pour motif personnel. La lettre de licenciement doit mentionner :

  • la perturbation du fonctionnement de l'entreprise
  • et la nécessité de remplacer le salarié absent.

Si le salarié en remplit les conditions, il a droit aux indemnités suivantes :

Le salarié peut être licencié s'il a commis une faute. Elle peut être la conséquence :

  • soit du non-respect par le salarié malade d'une de ses obligations (envoi d'un arrêt de travail tardif malgré les mises en demeure par l'employeur de justifier son absence),
  • soit d'une faute commise avant l'apparition de la maladie entraînant l'arrêt.

L'employeur doit respecter la procédure disciplinaire.

Si le salarié en remplit les conditions, il a droit aux indemnités suivantes :

Un salarié malade peut être licencié pour motif économique, dans les conditions habituelles.

Si le salarié en remplit les conditions, il a droit aux indemnités suivantes :

Pour toute information complémentaire

Par téléphone

3939 (coût : 0,15 € TTC la minute)

Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h.

Répond aux demandes de renseignement administratif concernant les droits et démarches.

Depuis l'étranger ou hors métropole : +33 (0)1 73 60 39 39 uniquement depuis un poste fixe (coût d'une communication + coût de l'appel international variable selon les pays et les opérateurs).

Pour toute information complémentaire

Pour toute information complémentaire