Question-réponse

Quand saisir la commission départementale de conciliation (CDC) ?

Vérifié le 18 août 2017 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

La commission départementale de conciliation (CDC) aide bailleur et locataire à trouver une solution amiable à leur litige. Selon les cas, il peut être obligatoire de la saisir avant de faire appel au juge. La CDC intervient gratuitement.

La CDC cherche un règlement amiable aux litiges opposant bailleur (bailleur privé ou social) et locataire (à titre de résidence principale) afin d'éviter si possible le recours au tribunal.

C'est un organisme paritaire composé à égalité de représentants des bailleurs et des locataires.

La CDC compétente est celle où est situé le logement.

La CDC intervient lorsque le logement (vide ou meublé) constitue la résidence principale du locataire, que le bailleur soit social (logement HLM) ou privé.

Répondez aux questions successives et les réponses s’afficheront automatiquement

Logement privé

Litiges individuels

La CDC est compétente pour les litiges individuels suivants :

Litiges collectifs

La CDC est compétente pour les litiges collectifs suivants :

  • application des accords nationaux ou locaux,
  • fonctionnement d'un immeuble ou groupe d'immeuble (s'il est entièrement à usage locatif).

Logement social

Litiges individuels

La CDC est compétente pour les litiges individuels suivants :

  Attention :

elle n'est pas compétente pour les litiges relatifs aux loyers.

Litiges collectifs

La CDC est compétente pour les litiges collectifs suivants :

  • application des accords nationaux ou locaux,
  • fonctionnement d'un immeuble ou groupe d'immeubles (s'il est entièrement à usage locatif),
  • application du plan de concertation collective.

Est-ce obligatoire ?

La saisine de la CDC est un préalable obligatoire avant tout recours au juge pour les litiges suivants :

Pour tous les autres litiges, la saisine est facultative : il est possible de saisir directement le juge.

Qui saisit la CDC ?

Répondez aux questions successives et les réponses s’afficheront automatiquement

Litiges individuels

La CDC peut être saisie :

  • par le bailleur,
  • ou par le locataire.

Litiges collectifs

La CDC peut être saisie :

  • par le bailleur,
  • ou par plusieurs locataires,
  • ou par une association représentative des locataires.

Comment la saisir ?

La CDC doit être saisie par lettre recommandée avec accusé de réception.

Modèle de document

Saisir la commission départementale de conciliation pour régler un litige qui vous oppose à votre bailleur

Accéder au modèle de document

Institut national de la consommation (INC)

Cette lettre doit être adressée à la CDC du département où est situé le logement concerné.

Où s’adresser ?

Veuillez saisir le nom ou le code postal de la commune :

La lettre doit préciser :

  • les noms et adresses du locataire et du bailleur,
  • l'objet du litige,
  • une copie du contrat de bail,
  • les éléments de référence s'il s'agit d'une augmentation de loyer sous-évalué,
  • et tous les documents utiles pour étayer le dossier (état des lieux, mails, courriers, plans...).

Coût

L'intervention de la CDC est gratuite.

Dans quels délais ?

La CDC peut être saisie à tout moment, à l'exception des litiges suivants :

Délai de saisine de la CDC à respecter

Nature du litige

Saisine de la CDC

Complément de loyer

dans un délai de 3 mois à partir de la signature du bail

Loyer sous-évalué

dans un délai de 4 mois avant la date d'échéance du bail

Décence

elle doit être faite dans un délai de 2 mois après une mise en demeure de faire les travaux restée sans réponse

  Attention :

pour une augmentation de loyer sous-évalué, le juge doit être saisi après l'expiration du délai de réponse de la CDC (2 mois) et avant l'échéance du bail.

Convocation

Les parties (le bailleur, le ou les locataires ou l'association représentative des locataires) sont convoquées par courrier simple ou électronique (mail) au moins 15 jours avant la date de la séance.

En cas d'absence de l'une des parties pour un motif légitime justifié (motif médical, professionnel, familial...), une nouvelle et dernière convocation peut être adressée.

Déroulement

Les parties peuvent :

  • se présenter en personne (éventuellement assistées),
  • ou, en cas d'empêchement, se faire représenter par une personne mandatée (par mandat exprès de conciliation écrit).

  À noter :

si une des parties est absente le jour de la séance, la CDC constate l'impossibilité de les concilier mais peut aussi émettre un avis sur la situation qui lui est éventuellement présentée par la partie présente.

Après avoir entendu les parties, la CDC tente d'arriver à un accord.

Accord

En cas d'accord, les parties signent un document de conciliation. Le recours au juge n'est alors plus possible (exemple : si le locataire renonce à une partie de son dépôt de garantie, il ne peut plus saisir le juge pour en obtenir restitution).

Si l'accord signé n'est pas respecté par l'une des parties, l'autre peut saisir le juge pour le faire appliquer.

Absence d'accord

En l'absence d'accord, la CDC émet dans un délai de 2 mois un avis adressé aux parties par lettre simple. Une des parties peut saisir le juge.

L'avis de la CDC peut être porté à la connaissance du juge.

Veuillez saisir le nom ou le code postal de la commune :

Agence départementale pour l'information sur le logement (Adil)  nouvelle fenêtre

Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil)

Service de renseignement administratif par téléphone sur vos droits, vos obligations et les démarches à accomplir.

Les informateurs qui vous répondent appartiennent, selon la question, aux ministères en charge du droit du travail, de l'intérieur, de la justice, du logement et de l'urbanisme ou de la consommation.

Accès : service accessible uniquement via un code d'accès.

Horaires d'ouverture : du lundi au vendredi de 8h30 à 18h15.

Coût : 0,15 € / minute + prix de l'appel [en savoir plus]

Attention : c'est un service généraliste, qui n'a pas accès aux dossiers personnels des usagers et ne peut donc pas renseigner sur leur état d'avancement.