Fiche pratique

Enfant battu, maltraité ou privé de soin

Vérifié le 23 juin 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère en charge de la justice

L'enfant battu ou maltraité bénéficie de protection de la part de la justice et des associations. Il peut porter plainte même si ses parents sont impliqués dans les faits. Toute personne témoin de tels faits doit les signaler aux autorités.

Les cas de maltraitance sur un mineur par ses parents regroupent :

  • les violences physiques ;
  • les violences psychologiques (brimades, menaces....) ;
  • les privations volontaires de soins (alimentation, médicaments, hygiène...).

  À savoir :

le harcèlement scolaire et autres cas de violences entre élèves font l'objet d'un traitement spécifique.

Toute personne ayant connaissance d'un cas de maltraitance sur un mineur, doit le signaler aux autorités, même sans porter plainte. Et ce, quel que soit son lien avec la victime : enseignant, proche, personnel hospitalier, assistante sociale...

Dans le cas contraire, une personne ne signalant pas un tel cas risque 3 ans de prison et 45 000 € d'amende.

Sans dépôt de plainte

Toute personne ayant connaissance d'un cas maltraitance sur mineur peut faire un signalement :

  • aux services du département ;
  • au 119 (il s'agit du service téléphonique consacré à l'enfance en danger, il pourra prévenir la justice si nécessaire) ;
  • dans un commissariat ou dans une brigade de gendarmerie pour déposer une main courante ;
  • au procureur de la République, dans le cas d'un agent public (enseignant, personnel hospitalier....) ayant eu connaissance d'un tel cas dans le cadre de ses fonctions.
Où s’adresser ?

Veuillez saisir le nom ou le code postal de la commune :

Informations, par une équipe de professionnels et d'administratifs, aux mineurs, aux familles et à toute personne confrontée à un risque de mise en danger d'enfant imminent ou non ou à une mise en danger avérée

Par téléphone

119 (appel gratuit)

24h/24 et 7jours/7.

Par messagerie

Accès au formulaire en ligne permettant de poser par courriel une question d'ordre général aux services du 119.

Attention : ce formulaire ne permet pas de signaler un cas d'enfant en danger, mais de demander des informations et de renseigner, notamment les enfants. Pour signaler un cas de maltraitance, il convient de composer le 119.

Brigade de gendarmerie

Ministère en charge de l'intérieur

Tribunal de grande instance (TGI)

Ministère en charge de la justice

Avec dépôt de plainte

Même si les parents sont impliqué, plusieurs personnes peuvent porter plainte en cas de maltraitance sur un mineur :

  • la victime elle-même. Toutefois, le mineur victime ne peut se constituer lui-même partie civile. Si ses parents sont impliqués dans les violences, un administrateur ad hoc peut être désigné la justice. Cet administrateur sera alors chargé de réclamer des dommages et intérêts au nom de la victime.
  • ou une association de plus de 5 ans d'ancienneté dont l'objet est la défense des victimes. Cette association peut aussi porter plainte avec constitution de partie civile. Dans ce cas, il faut que la procédure ait déjà été lancée par le procureur ou suite à une plainte de la victime.

Le procureur peut également lancer de lui-même une procédure judiciaire suite à un signalement.

Les cas de maltraitance sont soumis à des délais de prescription allongés. C'est-à-dire que la plainte peut avoir lieu des années après les faits.

La victime mineure au moment des faits peut porter plainte jusqu'à ses 38 ans notamment en cas de de violences ayant causé des blessures graves ou une infirmité permanente et commises :

  • lorsqu'elle avait moins de 15 ans ;
  • ou par un ascendant lorsqu'elle avait moins de 15 ans ;
  • ou par un enseignant ou toute autre personne chargé d'une mission de service public dans l'exercice de ses fonctions ;
  • ou par plusieurs personnes.

Par la justice

Suite au signalement (avec ou sans plainte), et sans attendre toute enquête judiciaire, le juge des enfants peut prendre des mesures nécessaires pour protéger la victime.

Le juge peut être saisi par :

Où s’adresser ?

Veuillez saisir le nom ou le code postal de la commune :

Tribunal de grande instance (TGI)

Ministère en charge de la justice

Le juge prend immédiatement les mesures d'urgence qui s'imposent. Il décide souvent de placer le mineur, c'est-à-dire de le confier au service d'aide sociale à l'enfance.

Par les associations

Tout enfant victime de maltraitance ou tout adulte souhaitant des conseils peut également contacter l'institut national d'aide aux victimes et de médiation (Inavem).

Où s’adresser ?

Institut national d'aide aux victimes et de médiation (Inavem)

Écoute, informe et conseille les victimes d'infractions ainsi que leurs proches.

Par téléphone

08 842 846 37 depuis la France métropolitaine

Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 21h

Numéro gris ou banalisé : coût d'un appel vers un fixe et service gratuit, depuis un téléphone fixe ou mobile

+33 (0)1 41 83 42 08 depuis l'outre-mer ou l'étranger

Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 21h

Coût d'un appel local depuis un poste fixe

Par courriel

En utilisant le formulaire de contact

Il sera alors mis en contact avec des associations de protection de l'enfance.

Violences

Victime de moins de 15 ans

Les peines sont les mêmes qu'il s'agisse de violences répétées ou d'actes isolés.

Les violences sur un mineur de moins de 15 ans commises par son père ou sa mère sont punies jusqu'à :

  • 20 ans de prison lorsqu'elles ont entraîné une infirmité permanente ;
  • 10 ans de prison et de 150 000 € d'amende, lorsqu'elles sont la cause de blessures graves ;
  • 5 ans de prison et 75 000 € d'amende pour les cas moins graves.

Victime de plus de 15 ans

Les peines sont les mêmes qu'il s'agisse de violences répétées ou d'actes isolés.

Les violences commises sur un mineur de plus de 15 ans par son père ou sa mère sont punies jusqu'à :

  • 15 ans de prison lorsqu'elles ont entraîné une infirmité permanente ;
  • 5 ans de prison et de 75 000 € d'amende, lorsqu'elles sont la cause de blessures graves ;
  • 3 ans de prison et 45 000 € d'amende pour les cas moins graves.

Privation de soins

Le parent privant de soins ou d'alimentation son enfant de moins de 15 ans au point de compromettre sa santé risque 7 ans de prison et 100 000 € d'amende.